La Ferme d'Arimont
   
Walter & Arlette Bodarwé
22 Chemin de la Cense
B-4960 MALMEDY

Tél 0032 (0) 80 33 00 68

Contact et accès

COORDONNÉES BANCAIRES

Langue : FRNLDE
La Ferme d'Arimont
Informations / Historique
 
Dans cette rubrique, vous découvrirez qu'à travers les âges, les propriétaires successifs ont toujours innové à la Ferme d'Arimont.

Fermiers au 14e siècle, ils sont devenus tanneurs, rentiers, aventuriers puis à nouveau fermiers et enfin hôteliers au 20e siècle.

14e siècle

Aux siècles passés, ses habitants étaient souvent dits "del Cour" ou "del Court d'Arimont" ou "de la Cense d'Arimont".

En 1369, on trouve avec certitude la mention la plus ancienne de la Ferme d'Arimont. L'acte de succession détaille la valeur des biens (maison, prés, terres et bois à Arimont) dont la dîme annuelle s'élevait à "8 vieux gros" (monnaie de l'époque).

De cette époque, aucun document n'est parvenu jusqu'à nous qui attesterait de l'importance de ce domaine. De récents travaux d'aménagements dans la maison ont mis au jour une baie de porte en pierres d'arkose. Trois pierres montrent encore les cavités des gonds et du verrou. Elles étaient encore recouvertes de suie qui, à l'époque, renforçait leur étanchéité. Ce détail ainsi que l'importance des pierres laissent supposer qu'il s'agissait de l'entrée principale.


17e siècle


De nouvelles armoiries, en schiste de Vielsam, furent apposées sur le linteau de la porte d'entrée. Suivant les différentes sources, elles appartiendraient aux familles Alard-Cunibert ou Alard-Darimont... les recherches se poursuivent...

C'est à cette époque que les bâtiments furent considérablement agrandis. L'exploitation agricole fut gérée par un locataire.

Les Alard, propriétaires et tanneurs, installèrent des cuves pour y travailler le cuir ainsi qu'une grange pour remiser les écorces et y faire sécher leurs cuirs. Des cuves seront retrouvées 2 siècles plus tard dans la cour de la ferme.


18e siècle


En 1750, la Cense d'Arimont était une enclave du Pays de Luxembourg et non, comme on pourrait le croire, de la Principauté de Liège. De ce fait, la dîme était redevable au Prince d'Orange. La carte du Comte de Ferraris de 1771 illustre bien cette situation très particulière.


19e siècle


Vers 1830, la propriété appartenait à la famille Bodet, dont l'aîné des fils, Pierre-Joseph, rentier de son état, mena une vie aventureuse qui le conduisit en 1842 à Rome où il faillit devenir moine, puis à Marseille, à Paris, à Bruxelles et à Cologne.

De retour à la Cense d'Arimont, il s'occupa d'y acclimater des plantes méridionales. Il gaspilla encore une énorme part de son héritage dans un investissement pour la ruée vers l'or, aux Etats-Unis, qui tourna court. Il s'initia à la photographie, à la chasse. Il organisa des concerts instrumentaux, ouvrit un débit de vins...

Ce parcours chaotique se solda par la vente de la ferme, se composant alors :

• d'une superficie de 63 verges et 70 pieds de Prusse,
• d'une tannerie, d'une grange, d'une usine et d'environ 60 cuves,
• de deux jardins légumiers, vergers, prés, bois, etc.

Quelques années auparavant, au retour de ses voyages, il avait innové en organisant à la Ferme les visites d'un "Cabinet de Curiosités", afin de montrer aux Malmédiens les souvenirs de ses pérégrinations. Une autobiographie, illustre l'originalité de ce personnage touche-à-tout...

En 1860, Rudolf Schwartz acquit la Ferme d'Arimont. A partir de cette date, la propriété portera, pour les Malmédiens, le nom de "Ferme Schwartz" ou, en wallon, "Cêse Schwartz". Elle deviendra la résidence d'été de cette famille. L'exploitation de la ferme continuera avec l'aide de domestiques et ouvriers agricoles.






20e siècle

En 1919, la ferme fut acquise par la famille Bodarwé dont trois générations de cultivateurs se succédèrent jusqu'en 1987.

L'élevage de vaches laitières permit la transformation du lait au départ de la ferme, tels que beurre, crème fraîche, fromage blanc...


En 1986, Walter et Arlette, alors fermiers, décidèrent d'aménager certaines dépendances agricoles afin d'accueillir les vacanciers de plus en plus nombreux dans la région.

La transformation du grand fenil permettra la reconversion en 5 gîtes. L'étable deviendra une salle de récréation. En 1996, deux chambres d'hôtes, confortables, seront aménagées dans la vieille grange.


Conclusion

Vous avez suivi l'histoire de la modeste bâtisse du 14e siècle.

Vous avez aimé qu'elle se transforme, qu'elle s'agrandisse, qu'elle embellisse, qu'elle soit le reflet de la vie des ses habitants. Au fil de cette évolution, elle a traversé les âges, en laissant des témoignages fidèles dans ses vieilles pierres.

Walter et Arlette vous convient à séjourner en ce lieu chargé d'histoire.




 
Gîte à la ferme pour 2 à 6 personnesNuit à la fermePetit déjeuner
Les animauxLa fermeLa réserveNature et sportsAttractions
Contact et accèsLiensRecommandationsHistorique

© La Ferme d'Arimont 2003